vendredi 30 juillet 2010

Melons du Sud

Nature morte
Pastel

jeudi 29 juillet 2010

Adieu petite grenouille...

Hier nous avons signé la vente de notre bateau de rivière. Et oui, c'est une décision murement réfléchie et nous étions d'accord tous les deux.
Malgré cet acte, je garde en moi des souvenirs très forts des moments passés à bord. Notre vie avec elle fût furtive mais nous y avions véçu une belle aventure (je n'oublie pas les brulures de mon homme).
De Lille à Chaumont, nous avons passé le Canal du Nord, approché le commerce fluvial ainsi que les mariniers et leur travail. Les écluses impressionnates de ce canal sont un passage très particulier à découvrir et à connaître. Puis les usines désafectées, les maisons en briques rouges qui défilent le long de ces voies.
Puis je garde en mémoire le Canal de l'Aisne dont les herbes envahissent les eaux. Le travail d'entretien des canaux, leurs engins, les herbes coupées qui flottent à la surface de l'eau, que l'on retrouve dans les écluses.
Le passage des villages, des villes comme celle de Reims.
L'aménagement des écluses et de leurs abords, la profondeur de certaines et la vétusté d'autres.
Il y a eû aussi le passage des tunnels: une ambiance et des émotions.
Et puis les rencontres humaines comme ce Monsieur rencontré dans un café qui nous a emmené acheter du carburant. Les éclusiers, les promeneurs comme cet ancien sous-marinier qui me parlait de ses conditions de vie à bord. Cet homme en vélo à Chaumont ravit de discuter avec nous.
Et j'en passe, j'en garde pour moi au fond de ma mémoire, encore.
Quand je pense à tout cela je me dis que nous ne pouvons pas arrêter de naviguer car je veux vivre d'autres moments qui nous paraissent sans grande importance et si simple lorsqu'on les vit et qui restent en moi comme si fantastiques lorsque j'y repense.
Alors, y aura t-il un successeur à la " Grenouille " ?

Mille soleils splendides



Je connais cet auteur en ayant déjà lu " les cerfs-volants de Kaboul" le premier livre de Khaled Hosseini, qui m'avait laissé un très bon souvenir. Suite à cette lecture je suis beaucoup plus sensible à vie des Afghans et à l'histoire de ce pays, dont les " infos flashes " nous ont parlés sans nous informer précisément.
Dans "mille soleils splendides" l'auteur nous raconte la vie de deux femmes afghanes qui veulent se sortir des griffes de leur mari. Mais Kaboul est sous l'emprise des Tabilans et les femmes ne peuvent pas y évoluer librement.
Ce livre est à la foi magnifiquement beau et à la foi difficile à ressentir, car le vécu de ces femmes nous sensibilise profondément. L'auteur qui est un homme, révèle parfaitement les états d'âme de ces femmes. J'en reste subjuguée !
Ce livre m'a passionné et il était difficile pour moi de le refermer, car je l'ai dévoré comme cela m'arrive rarement ! Et je n'ose l'avouer, car je veux inciter tout le monde à le lire, que j'ai pleuré comme une madeleine ! Car c'est un livre admirable.

mardi 20 juillet 2010

La vie

J'aimerais que la vie soit un rêve.

On y vivrait dans la lumière, les couleurs et l'amour.
Le vent suffisamment doux caresserait ma peau et mes cheveux,
la nature nous bercerait de ses paysages colorés,
les montagnes seraient si hautes que je t'y crierai mon amour,
les rivières si claires que je m'y roulerais.
Les arbres seraient si verts, les mousses si douces que j'y créerai mon gîte.
Les fleurs nous parfumeraient de leurs odeurs sucrées
l'eau nous émerveillerait de sa couleur et de sa chaleur,
et la complicité des animaux nous étonnerait par leur amour.
Les hommes seraient si bons qu'ils en seraient trop beaux,
si généreux que j'en déborderais de sentiments.

Ainsi mon coeur serait plus chaud, mon language plus clair et mon esprit léger.

Il y aurait de la musique pour nous rendre gai,
Et nous danserions jusqu' à se saouler au rythme des notes.
Les fruits seraient si sucrés que ma langue sucerait leur jus sur ton corps.

Le soleil me chaufferait la peau sans la brûler
et la lune éclairait mes nuits pour que je ne sois jamais triste.

Ainsi je pourrais m'enivrer de ce bonheur et de cette perfection !

Béatrice ( un doux matin d'été)




mercredi 14 juillet 2010

Benazir Bhutto



Un livre passionnant qui m'a ébahit par la richesse de cette femme !

Elle a eû une vie tumultueuse parce-qu'elle est une femme intelligente, courageuse et remplit de bonté.

Avant elle, passe la dignité de sa religion, de sa famille, l'honneur de son nom, et sa position au sein de son peuple. Nos hommes politiques pourraient en prendre de la graine....ce n'est pas l'argent, ni la gloire qu'elle recherchait dans son combat mais le bien du peuple Pakistanais.

A travers ce livre j'ai appris sur l'histoire de ce pays, sur cette famille dont tout le monde connait le nom, et puis j'ai appris sur l'Islam.
Elle a donné sa vie pour faire vivre son peuple dans la démocratie mais la violence aura eû le dessus sur l'honnêté du coeur et de la raison.

Je suis ravie et admirative qu'une femme puisse avoir en elle autant de force et d'énergie pour les autres.




Nature morte


Pastel


A l'atelier de Rémy, j'ai voulu essayer le travail de la nature morte, qui semble être un travail simple. "Rien n'est facile en peinture, m'a t-il dit, il n'y a que celui qui n'a pas essayer qui peut le penser. De plus, c'est un travail passionnant !"
J'ai compris qu'il ne fallait pas négliger le dessin, même si mon parti pris n'était pas d'aller dans le détail.




mardi 6 juillet 2010

Ambiance d'été

Pastel

Angela, brune chocolat

Pastel