samedi 22 décembre 2012

Bon petit soldat


Je pourrais résumer le thème de ce  livre ainsi: " Comment exister lorsqu'il faut vivre caché ?" Vision intéressante et unique de la fille d'un ancien président de la République, un statut particulier, une souffrance inimaginable. J'ai choisi cet extrait qui reflète l'esprit du livre.

Page 194 intitulé:  " Aube"
" Sauver l'enfant de là-bas. L'enfant étouffé par l'amnésie et qui continue de se défendre dans votre corps d'adulte. Sauver l'enfant du silence, qui se fit toujours plus petit, se rendant même invisible. Dans les restaurants où elle se trouvait avec son père, scrutant avant d'entrer si une connaissance passait par là, parce que, si elle était reconnue, le cauchemar deviendrait réel. Quel cauchemar?Qu'aurait-il pu arriver ? Que l'on sache ? Et puis ? Jamais son imagination n'alla plus loin.
Elle s'en tenait à la catastrophe, à l'imminence de la catastrophe. Elle s'en tenait à l'imminence. Alors elle préférait restée planquée, dans les pièces de son appartement- enfin pas le sien, l'appartement qu'on leur avait prêté. Pas de danger ici. On pouvait se voir, se toucher, s'appeler "papa maman chéris" sans oreilles indiscrètes, en toute liberté. Au dehors, il fallait se cacher. Et quand son père la conviait à marcher sans les rues de Paris, elle appelait à la rescousse les mille stratégies pour se cacher en se montrant. Par le regard, elle s'éloignait des autres. Il suffisait de les regarder pour qu'ils ne la voient pas. Les voir les transformait en pierre. La toute puissance du regard qui rend le regard lui-même invisible. Et puis elle alla plus loin. Si voir signifiait ne pas être vue il restait encore trop de risques, trop de failles dans le mécanisme magique. Alors elle cessa de regarder. Ne pas voir pour ne pas être vue. Le monde se fermait à elle. Le principal était de demeurer cachée. Pour demeurer cacher, elle se cacha du monde. Portes verrouillées, rideaux tirés. Dans la pénombre elle pouvait enfin évoluer sans frein, sans honte.
Mais se déplacer dans l'obscurité est à la longue fatiguant, alors elle s'en tint finalement à rester assises.
Et à attendre....."

lundi 17 décembre 2012

Hommage à un Ami unique

Alain, tu nous quittes, tu pars, ton souffle s'est éteint et avec, la flamme de notre amitié.
Quelle fût belle et longue cette amitié !
Durant ces 34 ans, nos mémoires ont stockées de nombreux souvenirs en commun ! Notre histoire, est celle de deux couples, qui a débutée simultanément avec la rencontre de mon homme. D'ailleurs tu es, et vous êtes sur les photos de notre mariage. Maryline grosse de Renaud.
Nos soirées de jeunesse étaient agitées, lorsque ce n'était pas les boîtes de nuit, c'était à Chilly des soirées de danse, de fous, de pieds au mur, de rigolades. La voisine du dessous nous rappelait avec son balai que nous étions bruyants! la pauvre, elle devait avoir une hantise des fins de semaine!
Notre premier "beau voyage" aux Canaries, cette journée en jeep, revenus tous les quatre couverts de poussière, les cheveux d'Alanus tous blancs, la salade dans la cuvette !
Votre mariage: nous étions quatre, les deux mariés et les deux témoins. Voyage à Chartres dans ma Fiat 500, Maryline enceinte de nouveau.
Deux grossesses parallèles, nos enfants ont deux mois d'écart. Ils  en on fait des bétises et des javas tous les trois !
Deux maisons à construire.
Nos vacances au Portugal, vous dans votre BX break non climatisée, quelle aventure ! la pêche au thon...
Ensemble notre première pénichette, en Bourgogne.
Puis nos aventures en bateau, explorer la côte catalane, toujours plus loin avec des bateaux qui grandissaient avec nos projets. Nos cuites au Club Med de Cadaquès.
Découverte du ski nautique et alpin, mon pauvre Alain, tu ne pouvais pas t'en sortir avec tes pieds en canard ! Mdr !
Notre traversée aux Baléares, nos apprentissages de marins, nos apéros, nos copains. Que du bonheur !
Et puis toujours parler et reparler toute l'année de nos futures vacances, nous aimions cà !
Pour toi bientôt la retraite, en discussion avec Maryline qui voulait partir en Bretagne et toi qui voulait venir nous rejoindre dans le sud.
Et nous en voulions encore du bonheur, nos projets n'étaient pas terminés: de la pénichette en Alsace au  canal du midi, que nous avons dû annuler à cause de cette foutue maladie de Merde !

Non, sans toi, rien ne sera plus jamais pareil.... nous sommes devenus un animal blessé, à trois pattes.
Profondément tu nous manqueras, ta voix nous manquera, tes intonations, ta façon de te déplacer, ton organisation, tes petites dents, les boucles de tes cheveux, ta joie de vivre ...sans limite et sans fin dans nos coeurs tu seras toujours.

Et toutes ces larmes versées de nos coeurs sont malades, est-ce qu'elles te parviennent  là où tu es ?

jeudi 29 novembre 2012

L'apothicaire




Pastel sec




lundi 26 novembre 2012

Kafka sur le rivage



Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d'initiation où se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur et la richesse de Haruki Murakami. Une oeuvre majeure, qui s'inscrit parmi les plus grands romans d'apprentissage de la littérature universelle.
Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père lui a prononcée contre lui.
Nakata, vieil homme simple d'esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse.
Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d'autres choses encore...Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité.

Un livre captivant et un écrivain admirable qui me fascine par son talent ! J'ai adoré.


mercredi 21 novembre 2012

Amour

Palme d'Or au Festival de Cannes


Sur les conseils du "bouche à oreilles", je suis allée voir le film " Amour" sans en lire le moindre avis des cinéphiles et spectateurs, en me laissant juste guider par ce merveilleux titre !

Erreur : quel ennui, quelle tristesse...!

Probablement pas de gros frais pour le réaliser. Pas plus de dix comédiens à l'écran. Le décor du film est planté dans un appartement lugubre, en ville (laquelle, on l'ignore ?) et on en déloge pas durant 2 heures. Il y fait sombre, de vieux meubles et vieux rideaux en décoration, les murs salent. Rien de gai.
L'histoire d'un couple de personnes âgées, leur quotidien d'un banal ennuyeux. La maladie touche la dame, elle dépérie petit à petit et lentement, très lentement, le monsieur prend en charge les soins nécessaires à sa fin de vie.Le calme plat, des longueurs................................................................................................!
La morale de l'histoire est inexistante, aucune d'émotion.

Bref, je déconseille fortement.

A bon entendeur, salut.

dimanche 18 novembre 2012

Art' bateau





Lorsque je recherche de la documentation pour préparer un voyage, j'aime aller fouiner sur les blogs. Sur  celui d'un amateur de bateau de rivière, j'y ai trouvé ces photos que j'ai trouvé très belles hormis la haute technicité de son travail qui est admirable.




Grenades




Pastel




Still life



Pastel



"Still life" en anglais, traduit mot à mot veut dire: " vie immobile" et c'est la désignation de la "nature morte" en français.
Les anglophones ont un vocabulaire beaucoup plus plaisant !



mercredi 14 novembre 2012

Dans la maison



Tout d'abord un grand bravo à Fabrice Luchini, à ce jeune éléve Ernst Umhauer qui a une présence à l'écran incroyable et à François Ozon le réalisateur qui nous a trouvé une interprétation originale.
L'histoire est banale: un élève qui fait sa rentrée scolaire surprend son professeur de français dès sa première rédaction, et le film s'enchaîne sur la continuité de l'écriture de cette rédaction.
Le voyeurisme pourrait en être le thème principal, ainsi que la curiosité d'un adolescent qui se cherche, cherche sa mère et une famille.
La relation et la complicité de l'élève et de son professeur est singulière, ensemble ils sont pris dans un tourbillon qui les guident tout au long du film, et voir les piéger ?

J'ai beaucoup aimé,ce film m'a laissé une empreinte. C'est ce que je cherche au cinéma. Je sais que cet avis n'est pas partagé....et qu' il est discutable...


jeudi 18 octobre 2012

La femme qui résiste


 

L'été dernier, la femme française la plus puissante du monde selon la presse anglo-saxonne, appelée à l'aide par les Japonais après la catastrophe de Fukushima, est remerciée par Nicolas Sarkosy.
Dans la femme qui résiste, Anne Lauvergeon raconte l'aventure de la création d'Aréva, une des grandes entreprises industrielles françaises, et de son développement.
C'est l'histoire d'une femme dans un monde d'hommes. C'est l'histoire d'une femme courageuse qui n'a pas eu peur de résister jusqu'au bout à la pression d'intérêts particuliers.
L'auteur dévoile ici le fonctionnement, les manoeuvres et les coups tordus d'un système qui a perdu le sens du long terme et des atouts stratégiques de notre pays.

Un livre passionnant que j'ai dévoré en quelques heures. Cette femme que l'on ne peut qu'admirer par sa grande intelligence, ses idées novatrices, et sa volonté nous emmène dans un monde inaccessible: celui des coulisses de la gestion de l'industrie et de la politique française.
Je conseille fortement ce livre !
Mme Lauvergeon a également écrit: "la troisième révolution énergétique" ainsi que " Sur les traces des dirigeants: la vie du chef dans les grandes entreprises".
Des idées de lecture.....



Croisière sur l'Horizon


Départ de Marseille
Ce n'est pas le plus gros des paquebots, et tant mieux ! Il est a échelle humaine, totalement francophone et avec la formule " tout inclus"



Première escale à Gênes, l'état de la mer ne permettant de descendre à Portofino, dommage.... et déçue !  nous connaissions Gênes, mais ce sont les impondérables de la navigation, le problème se renouvellera en Sicile.


Seconde escale à Rome: le Colisséum


Le Palais du 1er roi d'italie


La célèbre fontaine de Trévise: 30 années de travail



Visite du Vatican: "La Piété" sculpture réalisée par  Michel Ange à l'âge de 23 ans !



Troisième escale: la côte Almafitaine


Sorrente



Quatrième escale: Palerme
Une rue atypique


Cinquième escale: l'Ile de Malte

La griffe





Photo du 17 octobre 2012
                                                  

                              On s'emeut parfois pour peu de chose !!



Bruno






Pastel sec




jeudi 11 octobre 2012

Nos amis






Contempler la mer est un des plaisirs que nous apporte la navigation. Nous n'attendons rien de cette majestueuse et impressionnante masse d'eau en perpétuelle mouvement. Nous l'observons, si petits et soumis face à elle.
Lorsque parfois, elle nous apporte des cadeaux, comme ce dimanche, en sortant en bateau de la baie de Collioure.
Nous étions stupéfaits de les voir si nombreux, ils étaient là: les dauphins, à sauter et plonger à l'approche de nos embarcations.
Quel honneur, ils nous font ! Quelle joie ils nous donnent ! Quel partage !
Mais que font-ils là si près des côtes ?
Un fait  "rarissime", de l'aveu même des scientifiques du parc marin. "On peut en effet tomber sur un banc comme celui-ci, se dirigeant vers le sud, à quelques mètres du rivage. Mais il faut avoir de la chance", observe Frédéric Cadène.

Cela restera dans notre mémoire des images oniriques !

mardi 9 octobre 2012



On ne pense vraiment au passé
que lorsque l'on n'a plus d'avenir.



lundi 17 septembre 2012

Aline

Pastel sec

samedi 15 septembre 2012

My sister

Huile

Voici la conséquence de ma découverte des oeuvres de W. Fenech, j'ai ressorti cette toile que j'avais commencé il y a plusieurs mois et qui m'a donné envie de la terminer.

samedi 8 septembre 2012

Julien Clerc


Julien Clerc accompagné d'un orchestre symphonique au coeur du Campo Santo, sous le ciel étoilé de Perpignan fût un moment de bonheur dans ce mois de juillet !
Juste une légère fraîcheur, les estrades qui dominent la cathédrale, quelques curieux aux fenêtres des maisons, et son public qui profitent et dévorent des yeux ce chanteur plein de charme.
L'ambiance s'emballe au rythme de la musique qui transporte ses fans, puis qui s'approchent de la scène.  Plus près encore de Julien, ne plus contenir ses émotions et se mêler à ses textes et à sa musique.

Quelle dimension que ce décor et ces musiciens ! une belle soirée exceptionnelle !



mercredi 5 septembre 2012

Plaisir à Ceret


Se promener à Ceret est pour moi un pur plaisir. D'autant que cette cité orientée vers la peinture nous fait découvrir des expositions d'une rue à l'autre. Je m'y étais déplacée car j'avais été séduite par un article sur une artiste, dans notre journal régional.
Hélas, celle-ci m'a bien déçue !
 Depuis que je vis ici, je remarque qu' il y a beaucoup de peintres amateurs qui se disent " artiste" et qui se permettent de faire des expositions sans avoir les yeux ouverts sur ce que peut être leur niveau.
 Ne sont-ils pas lucides sur la qualité de leur peinture ? probablement !
Comment se permettent-ils de faire déplacer du monde, lorsqu'on n'a rien à montrer de solide, d'intéressant et de parlant ?
Bref, je passe cette rue et me dirige vers une autre salle d'exposition, quand soudain:
cette galerie qui rehausse le niveau:
...quelle émotion et quel bonheur....
je vous présente les oeuvres de William Fenech:


















                Ma préférence va sur ses paysages, mais il peint aussi des personnages.
                Je vous invite à aller le visiter sur son blog:
 www.william-fenech.com

                Cela plaît ou pas, mais voilà de la vraie peinture de qualité ! ouf ! ....enfin !!  MERCI

                    Cela me donne envie de me remettre à la peinture à l'huile.

Les viscères de la terre


 A quelques kilomètres de Perpignan, à Villefranche de Conflent (cité médiévale), on peut découvrir cet endroit exceptionnel que sont les Grandes  Canalettes, découvertent en 1957, et parmi les plus belles grottes de France.

 La salle blanche


  Les lentes ondulations des voiles de calcite

 Le lac des Atolls





Les Armandines





 Les orgues

Et quelle émotion lorsqu'on pénètre sur le Balcon des Ténèbres accompagné de la voix de Pavarotti...

( Merci Carine pour ces superbes photos)

vendredi 10 août 2012

La Charente en bateau


Les écluses sont manuelles, nous en avons passé 26, ce fût très sportif, surtout à deux !






Passage à Jarnac, première trace d'un distilleur de cognac connu: Courvoisier


Non, il n'y a pas eu le feu !
Ce sont les dégâts d'un champignon microscopique engendré par les vapeurs alcoolisées.
Cette couverture noirâtre s'appelle joliment " la part des anges"


La ville de Cognac, et la distillerie de Hennessy


La ville de Saintes (Charente -Maritime)


Un peu de couleur après tant de grisaille !


Hébergement insolite, tout confort.




Les pêcheries ( piège à anguilles)